Bricolage

Tout ce qu’il faut savoir sur l’utilisation d’une gaine électrique

gaine électrique

La gaine électrique figure parmi les fournitures les plus essentielles pour l’installation d’un réseau d’éclairage d’une maison. Elle protège les câbles conducteurs qui constituent le système électrique souterrain et domestique. Il en existe deux types. Ils se distinguent l’un de l’autre par leur usage, leur diamètre, leur couleur, leurs chiffres et leurs lettres. Voici tout ce qu’il faut savoir sur une gaine électrique.

Quelle est la norme à respecter pour l’installation d’une gaine électrique enterrée ?

En France, l’installation d’une gaine électrique enterrée répond à une certaine norme. Il s’agit de la norme NF C15-100. Cette dernière prend en compte trois points essentiels : le matériel à utiliser, le croisement et la profondeur.

Selon la norme NF C15-100, un câble électrique enterré doit être situé au moins à 50 cm de la surface. En revanche, s’il s’agit d’une installation sur un trottoir ou sur une voie carrossable, il doit se situer à 85 cm au minimum de la surface.

En ce qui concerne le croisement, aucun câble électrique ne doit être en dessus de 20 cm d’une autre canalisation, qu’elle soit électrique ou non. Quant au matériel utilisé, la norme française indique que seuls les câbles isolés doivent être enterrés. Par contre, les câbles sans armures dotés d’une gaine épaisse doivent être forcément raccordés à une gaine TPC rouge ou à une gaine ICTA. À cela doit s’ajouter nécessairement un grillage avertisseur à 20 cm de la gaine électrique.

gaine électrique

Comment distinguer les gaines électriques ?

Pour distinguer les gaines électriques les unes des autres, il faut se baser sur quatre points : la couleur, le diamètre, les lettres et les chiffres.

La couleur

Nous distinguons deux types de gaines électriques : la gaine de type TPC et la gaine de type ICTA. Deux couleurs caractérisent la gaine de type TPC :

  • le rouge renvoie au courant fort d’une intensité de 230 volts ;
  • le vert quant à lui indique le courant faible. Il convient aux réseaux informatiques ou télécoms.

Par contre, la couleur verte de la gaine de type ICTA indique le courant faible. Sa couleur peut varier quand elle conduit le courant fort. Elle peut être bleue, jaune, grise, rouge, noire…

Le diamètre

Le diamètre d’une gaine électrique destinée à une installation intérieur varie entre 16 et 63 mm. Quant à celle destinée à une installation extérieure, son diamètre peut être compris entre 40 et 200 mm.

Les lettres

Il existe plusieurs catégories de gaines électriques qui sont reconnaissables à leurs lettres. De fait, la lettre :

  • A: indique un annelé ;
  • C: indique le cintrable ;
  • CT: indique le cintrable transversalement élastique ;
  • I: indique l’isolant ;
  • L: indique la lisse ;
  • M: indique le métallique ;
  • R: indique le rigide ;
  • S: indique le souple.

Ces lettres constituent des codes lettrés simples qui orientent les utilisateurs dans leur choix.

Les chiffres

Les chiffres des gaines électriques indiquent leur résistance aux chocs, aux intempéries et à l’écrasement. Ils sont compris entre 1 et 6. Plus le chiffre est élevé, plus la gaine électrique est résistante.

Quel câble électrique utilisé pour une gaine électrique intérieure ?

Généralement, ce sont les câbles électriques de type U1000 R2V qui convient à une gaine électrique intérieure. Ils possèdent 3 à 5 fils électriques avec une section de 1,5 à 24 millimètres carrés. Ils sont destinés aux éclairages et aux prises. En outre, ils peuvent se faire avec les deux types de gaines électriques.

Ce type de câbles électriques supporte jusqu’à 1000 volts, ce qui permet de s’en servir pour le raccordement des compteurs électriques à un tableau. De même, il permet de gagner du temps lors du passage des réseaux.

gaine électrique

Quel câble électrique utilisé pour une gaine électrique extérieure ?

Pour les installations électriques extérieures, deux types de gaines électriques sont appropriés : les gaines TPC et les gaines ICTA.

Les gaines TPC

Ce type de gaines électrique permet de protéger les raccordements électriques. À cet effet, il est conçu avec une double peau qui lui procure une excellente protection. La première peau est striée de l’extérieur et la seconde peau est lisse de l’intérieur. Les gaines TPC sont convenables pour les réseaux électriques, les câbles unipolaires et multipolaires et les pompes de forage.

Ses avantages sont multiples :

  • étanchéité ;
  • bonne résistance ;
  • facile à installer ;
  • résistance aux chocs, à l’écrasement et aux températures fortes, etc.

À ces avantages s’ajoute aussi la bonne longueur de ce type de gaines. Il peut faire 50 mètres de long.

Les gaines ICTA

Les gaines ICTA sont non ignifugées, ce qui le rend approprié à une installation extérieure. En effet, elles sont dotées d’une corde en plastique résistante. Elles s’utilisent pour les passages de petits réseaux électriques enterrés.

Comment bien enterrer une gaine électrique ?

La première chose à faire avant d’enterrer une gaine électrique est de débrancher le disjoncteur de branchement EDF. Ensuite, il faut effectuer des schémas de tranchées en partant du point A au point B. Pour bien réaliser ce schéma, il faut utiliser une délimitation à l’aide d’une bombe de peinture.

L’étape suivante est la réalisation des tranchées selon la norme NFC 15-100. Avant d’installer la gaine électrique, il faut ajouter un peu de sable à l’intérieur de la tranchée. Ensuite, il faut tirer les câbles électriques et installer un grillage avertisseur rouge avant de fermer tout.

Pour contrôler et vérifier son installation électrique ?

Pour des raisons de sécurité, il est important de contrôler et vérifier son installation électrique. Cela revient à un professionnel. Celui-ci s’assurera que l’installation soit conforme à la norme NFC 15-100. Cette dernière prend en compte le respect des règles de sécurité, la présence d’un disjoncteur, le nombre minimal de prises et les points d’éclairage.

Par ailleurs, ces vérifications d’un professionnel ou d’un particulier permettent aussi d’éviter les incendies. Elles doivent se faire au moins une fois dans l’année. L’inspection du travail ou l’assurance peut aussi demander que les contrôles et vérifications se fassent.